galerie art en transe gallery paris min

présente

Félix Aberasturi

« Mon travail invite à la réflexion, au questionnement. Je partage mes propres quêtes et certaines sont universelles... Si mes ouvres sont une source d'inspiration pour certains, une partie de mes souhaits seraient exaucés. »

F

elix est né à Mar del Plata, en Argentine, italien par sa mére. Il fait ses études à l'Université de Buenos Aires.

Parallèlement il fréquente divers ateliers de peintres repûtes. En 1996 il reçoit son Diplôme d'Architecte, premier de sa promotion. Comme peintre il a fait nombreuses expositions individuelles et collectives. Il a participé dans les Salons de l'Association d'Artistes Plasticiens de l'Argentine. Il a été primé plusieurs fois et il a participé dans différents équipes interdisciplinaires sur des projets artistiques dont le Premier Salon de la créativité à Buenos Aires.

Il s’installe en 2002 à Paris où il redémarre une carrière d'architecte et d'artiste plasticien.

Depuis 2008 il s'est complètement consacré à l'art. Il expose régulièrement en France et aux États Unis. En 2014 il a réalisé une exposition et diverses activités à « SciencesPo », l'Institut d’études politiques de Paris.

Ses œuvres font partie de nombreuses collections dans différents pays.


Félix Aberasturi

ARCHETYPES 

EXPOSITION ACTUELLE

L'exposition « Archétypes » présente une partie de sa dernière série basée sur le concept jungien des modèles primitifs et primordiales ; des héros et héroïnes des temps modernes. Mais cette exposition propose aussi un parcours par des oeuvres choisies des séries plus anciennes, ou l'utilisation des figures archétypales était déjà bien présente dans l’œuvre de Félix Aberasturi.


Celui qui entend que les mots qui viennent de l'âme

Celui qui entend que les mots qui viennent de l'âme

40x40cm
Celle qui voit ce qui est invisible aux yeux

Celle qui voit ce qui est invisible aux yeux

40x40cm
Celui qui écoute sans jamais juger

Celui qui écoute sans jamais juger

40x40cm
Celle qui trouve de la beauté partout

Celle qui trouve de la beauté partout

40x40cm
Celui qui connaît le pouvoir de son intuition

Celui qui connaît le pouvoir de son intuition

40x40cm
Celle qui connaît l'importance d'aimer

Celle qui connaît l'importance d'aimer

40x40cm
Celui qui cherche des réponses que dans son cœur

Celui qui cherche des réponses que dans son cœur

60x60cm
Celle qui accepte la joie sans réserves

Celle qui accepte la joie sans réserves

60x60cm
Celle qui a compris le pouvoir de l'amour

Celle qui a compris le pouvoir de l'amour

80x80cm
Celui qui partage la richesse de son âme

Celui qui partage la richesse de son âme

80x80cm
Celle qui garde la mémoire des ancêtres

Celle qui garde la mémoire des ancêtres

40x60cm
Celle qui sait accepter la différence

Celle qui sait accepter la différence

40x60cm
Celui qui donne sans retenu

Celui qui donne sans retenu

40x40cm
Celle qui trouve la paix dans son cœur

Celle qui trouve la paix dans son cœur

40x40cm
Celle qui transforme les rêves en réalité

Celle qui transforme les rêves en réalité

50x50cm
Celui qui méprise le silence

Celui qui méprise le silence

100x100cm



Paris magique




Diva (120x40cm)

Tout commence à Paris

Tout commence à Paris

50x50cm
L'amour frappe à ma porte

L'amour frappe à ma porte

50x50cm
Les trois graces parisiennes ou Paris est une fete

Les trois graces parisiennes ou Paris est une fete

80x80cm
Paris est une pluie de souvenirs éternels

Paris est une pluie de souvenirs éternels

100x100cm


Félix Aberasturi ne se contente jamais de ce qu'il peut obtenir simplement. Il a l’exigence de regarder toujours par-delà les apparences, au cœur même de sa création, là où se dévoilent les arcanes les plus secrets du sentiment que le regard sur ses toiles suscite. Il a une claire intention d’emmener les spectateurs avec lui, mais aussi de respecter ceux qui décident rester en surface, dans la première lecture de ses œuvres, évitant de suivre le Lapin d'Alice vers l'autre coté du miroir.

Félix Aberasturi fait très attention au détails pendant la conception de ses œuvres et au même temps il laisse un espace important au hasard.

Il travaille en plusieurs étapes. D'abord, la recherche de ses sujets, ses personnages et touts les accessoires nécessaires pour créer l’illusion de réalité de ses photos composés. Pour ça il fait appel à une bibliothèque inépuisable et étonnante d'images anciennes et contemporaines. Il retravaille les images par numérisation : chirurgie majeure pour certains de ces personnages, recréation complète pour d’autres. C'est l’étape du rêve éveillé,  du funambule qui jongle avec les ressenties en gardant l’équilibre entre l'imaginaire et le réel. C'est aussi un long travail de construction pour produire une « photo » que rendra possible l’accès du spectateur à ce monde parallèle crée par l'artiste.

En second lieu, il choisit un support : du papier photo,du collage sur bois, du Dibond, parfois des tirages sur des feuilles de papier pour recomposer les images styles affiches de Métro. En tous les cas il a une intention précise qui apporte un plus à la composition. 

Vient ensuite le troisième temps, celui de la couleur. C'est ici ou il laisse parler d'une manière plus libre son inconscient ; mise à part le choix de la technique - de l'huile, des encres de Chine et rarement de l'acrylique- le travail soit de coloriste , soit plus abstrait à travers des taches, de déchirures, apporte la métamorphoses finale et définitive de ses images qui deviennent vivantes. C'est l’utilisation de la peinture qui déclenche la magie de ses œuvres et qu'apporte aussi la clef pour tenter d’élucider touts les secrets qui se cachent en arrière plan.

Mise à part sa technique assez particulière, l' intérêt du travail de Félix Aberasturi, radique surtout dans les sujets abordés. « Secrets de famille », « La dualité de l'être », « La subjectivité de la mémoire », « Labyrinthes de miroirs » son des séries qui provoquent, qui obligent à réfléchir, à se poser des questions.

Son principal sujet est l'homme dans son intégralité et son intégrité cosmique : son existence, ses interrogations, ses facettes mises en valeur par la mobilité obligée autour de l’œuvre, ses faiblesses. « Si le sujet est important, précise Félix Aberasturi, je laisse à chacun la liberté de l'interpréter comme il l'entend. » Cela lui permet d'échapper à la dictature des artistes conceptuels, d’exploiter sa sensibilité artistique propre, et, par ricochet, d'atteindre celle du spectateur et sa capacité à s’approprier de l’œuvre. Les titres et les textes qui accompagnement chaque série, ne sont que des indices qui apportent plus des éléments au travail  de celui qui regarde. Même dans sa série « Paris Magique » le contraste entre ce qui est visible au premier coup d’œil et tout ce qui se passe derrière le première plan est étonnât, sauf si l'on préfère rester en surface. Tout est permis.

L'exposition « Archétypes » présente une partie de sa dernière série basé sur le concept  jungien des modèles primitifs et primordiales ; des héros et héroïnes des temps modernes. Mais cette exposition propose aussi un parcours par des ouvres choisîtes des séries plus anciennes, ou l'utilisation des figures archétypales était déjà bien présente dans l’œuvre de Félix Aberasturi. 

Alex Ollivier